La vie du serval

Portrait du serval

Le serval fait partie de la famille des Félidés et vit en Afrique. Quelques populations survivent encore au nord du Sahara.
Avec ses 65 cm au garrot pour un poids de 10 à 15 kg, c’est le plus haut de tous les petits félins africains. Ses pattes lui confèrent un avantage dans les hautes herbes de la savane.
Courts et puissants, ses postérieurs lui permettent des bonds vifs et amples.

Avec son pelage fauve tacheté de noir, le serval passe inaperçu au milieu des broussailles.

Serval

Actif surtout la nuit, le serval regagne son abri au matin. A couvert sous un arbre, il se protège de la chaleur.
La nuit a été bien remplie. Il a parcouru près de 4 km en quête de petits rongeurs. Cependant, le serval est l’un des rares félins, avec le caracal, à chasser le jour comme la nuit.
Contrairement aux gros félins qui peuvent se contenter d’une grosse proie tous les 3 ou 4 jours, les petits félins doivent se nourrir avec régularité.

Cri du serval (son MP3)

En dehors de la période de reproduction, le serval vit en solitaire. Son territoire varie de 2,7 à 38 km².
Les territoires des mâles et des femelles se chevauchent souvent pour faciliter les rencontres.

Un serval au repos

Quand deux mâles se rencontrent, ils se courent après puis s’arrêtent. Ils se font alors face, poils hérissés et lèvres retroussées.
Ils grognent puis essayent de se griffer avec leurs pattes antérieures comme deux boxeurs.

Techniques de chasse

Pour satisfaire ses impératifs alimentaires, le serval a développé tous ses sens. En réalité, il sait tout faire.
Il se déplace dans l’obscurité grâce à son excellente acuité visuelle nocturne. Si la nuit est trop sombre, ses vibrisses (longs poils) placés autour du museau prennent le relais.
Ce sont des terminaisons nerveuses qui en font un organe tactile.

Le serval est également doué d’une excellente ouïe. Elle lui est très utile pour repérer les petits rongeurs qui se dissimulent dans les hautes herbes.
Ses oreilles sont les plus grandes de tous les Félidés et ses pavillons peuvent pivoter dans toutes les directions. Elles lui servent « d’antennes ».

Un serval repère un petit cri situé entre 20 et 50 KHz bien au-delà des fréquences que nous pouvons entendre.
Son ouïe est d’ailleurs si sensible aux sons à haute fréquence qu’un grand vent peut complètement perturber sa chasse.

Le serval est passé maître dans l’art de localiser une proie et bondir sur elle par surprise. Il peut rester à l’affût dans les hautes herbes, immobile, très longtemps.
Dès qu’un bruissement se fait entendre, il saute dans les airs et retombe sur le dos de sa victime.
Il le cloue alors sur le sol grâce à ses griffes.

Dans ce type de chasse, il obtient des taux de record d’une prise sur deux tentatives.

Un serval en pleine chasse Parfois, il chasse en effectuant une série de bonds dans les herbes pour affoler les proies. Il choisit alors l’un des fuyards et fonce sur lui à la vitesse de l’éclair.

Outre les rongeurs, le serval chasse les rats-taupes. Dès qu’il repère l’entrée d’une galerie, il creuse pour déclancher un éboulement et attend patiemment qu’un rat-taupe sorte de son trou.

Un serval à l'arrêt dans la savane Il pêche également des poissons à coup de griffes. Reptiles, invertébrés et batraciens complètent son menu.

Pouvant effectuer des bonds à 3 m de hauteur, le serval est capable de chasser des oiseaux volant à basse altitude.

La reproduction du serval

La reproduction peut s’effectuer deux fois par an. La femme réceptive miaule pour attirer les mâles.
Une fois trouvé, la femelle reste avec son partenaire pendant environ une semaine. Ils dorment et chassent ensemble puis s’accouplent.
La gestation dure 70 à 78 jours au bout de laquelle 4 petits viennent au monde.

Le mâle ne s’occupe pas de l’éducation des petits et il est chassé après l’accouplement.

Le serval monte également aux arbres Les chatons naissent aveugles et sourds. Ils ouvrent les yeux au bout d’une dizaine de jours. Ile ne sortent du terrier qu’après 3 ou 4 semaines.
La femelle leur enseigne l’art de la chasse puis les chasse au bout de 5 à 6 mois. Les jeunes partent alors à la conquête de leur propre territoire.

L’avenir du serval

Si l’opinion publique a souvent été mobilisée pour sauver les grands félins, le sort de leurs petits cousins est rarement évoqué.
Le serval vit encore en assez grand nombre en Afrique par contre, il a du mal à survivre en Afrique du Nord.

Autrefois le serval était un compagnon de chasse de l'homme (Photo libre de droit)

Le serval a toujours été chassé pour sa fourrure. Quand une réglementation a interdit le commerce des fourrures des grands félins, ce sont les petits qui en ont fait les frais. Si la chasse n’avait pas été réglementée dans les années 1970, l’espèce aurait sans doute disparue. Cependant, le braconnage continue à faire des ravages.

Dans les régions du Maghreb, outre la chasse, c’est la transformation de leur habitat qui a provoqué le déclin du serval.

Sur le continent africain, le serval survit dans les réserves. C’est l’un des petits félins qui supporte le mieux la captivité bien que ce ne soit pas une solution. Il peut même devenir un compagnon très affectueux.

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. melina 26/01/2011

ils sont tout mignon.
cer le plus beau felins du monde.[b][/b]

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site